le Journal de bord

Pudeur et chiffrement – Atelier de sensibilisation à la protection de nos intimités, organiques et numériques

La possibilité pour chacun·e d’avoir un espace à soi, dans son for intérieur comme dans son cadre de vie, est indispensable à l’équilibre vital personnel, ainsi qu’à l’harmonie dans les relations et la vie collective. Cette possibilité d’espace en soi/à soi est soutenue par la pudeur, une réserve toute personnelle empreinte de culture qui agit comme une interface entre soi, les autres, le contexte / le monde…

Logo Hacking with Care

Dans nos recoins secrets à l’abri des regards, des jugements, nous faisons pousser nos désirs, nous testons des idées, nous oublions ceci mais pas cela, nous inventons des choses, nous « patchons » des vulnérabilités… Nous modulons qui et quand quelqu’un peut entrer dans notre monde, accéder à nos matériaux intimes, ou même nous partager les siens. Nous nous laissons aussi tranquilles les un·es les autres, détournons parfois notre attention. Ainsi nous devenons – et nous nous maintenons – des sujets en société, capables de nous déterminer seul·es comme ensemble, et non pas des objets contrôlables à l’envie, dépendant·es du vouloir d’autres (perçu·es comme) tout·e puissant·es. Ces espaces n’échappent pas à la numérisation continue du monde, posant d’importantes questions dont il importe de nous saisir.

À travers cet atelier, Emily et Yoann vous proposent de réfléchir ensemble à la pudeur et à la nécessaire protection de nos intimités, notamment lors de l’usage d’outils numériques (ordinateurs, téléphones, télévisions, consoles, objets connectés…).

Les vertus de la pudeur comme fonction psycho-corporelle bonne et nécessaire seront mises en perspectives avec les enjeux associés à la collecte numérique des données intimes et leur destin, à l’injonction à la transparence de nos faits et gestes dans un climat de chantage commercial et sécuritaire.

Emily et Yoann ont en effet l’intuition que parler de pudeur pourrait être une manière de nous sensibiliser à des questions de société importantes, et de mettre un peu de souplesse, de nuances d’intimité, dans le débat sur la protection des données personnelles, parfois caricaturé entre le « tout » ou le « rien à cacher ».

L’atelier consistera en un partage de réflexions théoriques, organisés autour d’explorations sensibles : Emily et Yoann guideront tour à tour des petits exercices ou des mises en situations, à faire seul·e ou à plusieurs, permettant de sentir, pour soi-même, les questions abordées. Des temps de parole permettront la mise en commun des vécus d’expérience et l’ouverture de cette conversation dans le temps.

Informations pratiques et inscriptions

  • Samedi 19 mai, de 14h à 17h
  • Sur donation libre
  • Places limitées : inscription demandée par mail au plus tard le 18 au matin à
  • Paris, République (adresse exacte et autres informations pratiques sur inscription)
  • Aucun pré-requis n’est nécessaire

 

Emily King est praticienne et facilitatrice en massages bien-être, en individuel et en groupes. Sa pratique intègre les massages du monde d’Orient et d’Occident, les thérapies psycho-corporelles contemporaines adaptées au bien-être, la médecine et la métaphysique classique Chinoise, les arts et l’activisme. Elle est, avec Jérémie Zimmermann et d’autres ami·es, à l’origine d’initiatives mêlant bien-être et activisme sous le nom Hacking with Care. C’est d’ailleurs en prêtant main douce à La Quadrature du Net qu’Emily fait la connaissance de Yoann.

Partager librement ce contenu :

↜ Retour